ces vallées sacrifiées pour un développement non durable-1

Publié le 8 novembre 2018 – Auteur : Daniel Mionnet

Dossier : ces vallées sacrifiées pour
un développement non durable

1. Vallée d’Aspe : nationale 134, la route de la peur

Il fut un temps où l’air pur était l’apanage de la montagne. C’était au siècle dernier…
Un trafic de poids lourds de plus en plus dense asphyxie chaque jour un peu plus les grandes vallées des Alpes et des Pyrénées, dont certaines ont la malchance d’être l’un des rares axes transfrontaliers de montagne.
Vallées de Chamonix, de la Maurienne, de l’Arve et de la Roya dans les Alpes, vallées d’Aspe et d’Aure dans les Pyrénées centrales, les habitants ont peur, que ce soit pour leur santé ou pour leur sécurité. Le territoire français est un carrefour de l’Europe, et la libre circulation des marchandises, qui pourrait être positive pour tous, est devenue source de problèmes pour de nombreuses régions, et en particulier les territoires de montagne frontaliers.
Ce dossier comprendra 6 articles consacrés aux vallées sacrifiées :
Les vallées d’Aspe, de l’Arve, de Chamonix, d’Aure, de la Maurienne et de la Roya.

Vallée de Chamonix Photo Kausdie via Pixabay

Vallée de Chamonix Crédit photo Klausdie via Pixabay

1. Vallée d’Aspe : nationale 134, la route de la peur

Dans les Pyrénées Béarnaise, Le Gave d’Aspe est longé par la nationale 134 qui mène au tunnel du Somport, l’un des rares passages vers l’Espagne. Une route pas très large, mais assez rectiligne dans son tracé, sans lacets, donc assez rapide, référencée itinéraire européen E7 Pau Saragosse.
Elle fait l’objet d’un intense trafic de poids lourds (400 par jour en moyenne en 2017, soit 1 toutes les 2 minutes 30), principalement espagnols. Cet itinéraire est d’autant plus fréquenté qu’il est exempt de péage, y compris le tunnel. De 2004 à 2017, le nombre de camions empruntant la RN134 a doublé, de 60.000 à 120.000 par an, alors que les travaux de contournement des villages et de sécurisation de l’axe promis n’ont que très peu avancé. Cette année, le nombre de poids lourds empruntant l’itinéraire de la vallée d’Aspe devrait dépasser les 150.000, soit un transit de 3 millions de tonnes de marchandises. En mars, un record de passage au tunnel du Somport a été enregistré à 723 poids lourds, soit un intervalle de 1mn15s.
Un enfer pour les habitants de cette autrefois paisible vallĂ©e, qui vivent aujourd’hui dans l’angoisse permanente face Ă  ces circulations souvent dangereuses.

VidĂ©o “camion fou” par “Nationale 134” sur Youtube

Et ce qui devait arriver arriva…

Leurs craintes se sont révélées légitimes lorsque, le 27 août, un camion citerne Espagnol qui transportait un produit chimique dangereux a quitté la route au niveau du Fort du Portalet, à Etsaut. L’ensemble de 40 tonnes s’est écrasé 30 mètres en contrebas, dans le ravin du Gave de la Belonce, un affluent du Gave d’Aspe. Le chauffeur, gravement blessé mais vivant peu après l’accident, est malheureusement décédé au cours de la nuit.
La citerne contenait 24.000 tonnes de chlorite de sodium, composé germicide et désinfectant destiné à une entreprise allemande.
Malgré leur intervention rapide, en dépit de conditions d’accès à la citerne très difficiles, et les importants moyens mis en œuvre, les pompiers n’ont pu empêcher la dispersion dans la rivière d’une grande quantité de ce produit hautement toxique pour les écosystèmes des rivières et des berges.
Cet accident a provoqué une grave pollution dans le Gave d’Aspe où l’Agence France Biodiversité a constaté la présence d’un grand nombre de poissons morts dans le cours d’eau aval. La baignade, la pêche et toutes les activités nautiques, ont dû être interrompues pendant plus d’une semaine.
La pollution a entraîné la mort de plus d’un millier de poissons, et s’est étendue, au moins jusqu’à Lescun, 10 kilomètres en aval.

Le gave d’Aspe subit une pollution majeure des eaux, par Language 1001, sur YouTube

La colère gronde en vallĂ©e d’Aspe

Les Ă©lus et les habitants de la vallĂ©e sont furieux contre l’état qui se refuse Ă  interdire le transport de matières dangereuses sur cet axe rĂ©putĂ© accidentogène. C’est en effet le troisième camion qui fait une sortie de route Ă  cet endroit. Depuis l’accident, les habitants de la vallĂ©e manifestent rĂ©gulièrement en bloquant la route aux poids lourds. Et Ă  chaque fois, ils sont dĂ©logĂ©s manu-militari par les gendarmes. Elisabeth, une militante du collectif “Stop aux camions” est poursuivie devant le tribunal de Pau lundi 12 novembre pour “entrave Ă  la circulation”. Elle sera soutenue par les membres du collectif qui manifestera devant le tribunal. Ce mĂŞme collectif organise une “assemblĂ©e populaire” samedi 10 novembre Ă  18h Ă  la salle de la mairie de Bedous.

Projet pilote de ligne de train à traction hydrogène

Une solution innovante pourrait cependant émerger dans les prochaines années, avec un projet de réouverture de la ligne de chemin de fer Oloron Canfranc (Esp).
Dans le cadre de l’orientation environnementale du gouvernement en faveur de la mobilité hydrogène, et avec l’aide financière de l’Europe, plusieurs projets de transports en commun à énergie hydrogène sont à l’étude et devraient voir le jour dans les prochaines années.
La ville de Pau devrait ainsi mettre en service d’ici un an le réseau d’autobus « Phébus » à motorisation hydrogène, celui-ci étant généré par des stations d’électrolyse alimentées par des panneaux solaires. Du vrai zéro émission, excepté bien sûr pour la construction des matériels.
La vallée d’Aspe pourrait bénéficier de cette technologie qui, si elle ne supprimait pas la totalité du trafic sur la 134, permettrait toutefois de la diminuer substantiellement.
En attendant L’hypothétique jour où l’on consommera local…

Sources et liens

Autre vidéo de camion fou sur la RN134, filmée par un routier espagnol

 

VallĂ©e d’Aspe : un camion citerne transportant des matières dangereuses s’est renversĂ©
Article du 27 Août sur La république des Pyrénées

 

Un camion transportant une cargaison de chlorite de sodium s’est renversĂ© lundi après-midi dans la vallĂ©e d’Aspe, sur France 3 Aquitaine

 

Repères avec cette carte “Les PyrĂ©nĂ©es BĂ©arnaises”, par Aspe Tourisme

 

Nouvelle Ă©tape pour la ligne ferroviaire Pau-Canfranc
Sur le site de la RĂ©gion Nouvelle Aquitaine

 

Le train à hydrogène pour freiner les camions en vallée d’Aspe ?
Article sur le site de La Nouvelle République des Pyrénées 10 sept 2018

 

Site du CRELOC Comité pour la REouverture de la Ligne Oloron Canfranc

 

“Unissons-nous pour la VallĂ©e d’Aspe et le Pays de Bearn”,
Billet de Michel Le Gall, PrĂ©sident de l’Association BĂ©arn Adour PyrĂ©nĂ©es

 

Plan de dĂ©ploiement de l’hydrogène pour la transition Ă©nergĂ©tique
Document PDF à télécharger sur le site du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire

 

Pau Canfranc Saragosse – Comparaison des options d’amĂ©nagement du Canfranc (2012)
Doc PDF à télécharger sur le site du CRELOC

Retour

Haut de page      ActualitĂ©s